Partager, c'est se sentir concerner. Soyez social !

Les employeurs, les recruteurs, les clients, les fournisseurs, etc., utilisent LinkedIn afin de repérer de potentiel (le)s candidat(e)s, partenaires d’affaires ou relations professionnelles. Avant de vous sélectionner, de vous inviter pour un premier contact ou une interview, ils ou elles vont parcourir votre profil, analyser votre parcours, voir avec qui vous êtes connecté(e)s et notamment qui vous a recommandé(e) et pourquoi:

  • un supérieur, un client, un collègue ou encore un fournisseur ;
  • vos compétences, vos réussites professionnelles, votre expérience spécifique ou votre comportement au travail, etc.

Tout comme la sélection et la mise en valeur de vos compétences-clés abordées dans « Insights No1 », les recommandations sur votre profil relèvent du marketing de soi. Une recommandation ne sert pas uniquement à mettre en avant les côtés positifs de votre profil mais devrait attester, certifier, valider vos compétences, votre candidature pour un poste ou encore votre savoir-être au travail.

Une recommandation peut être un atout tout comme un inconvénient par rapport à la cohérence que vous voulez donner à votre identité professionnelle numérique. Il existe deux types de recommandations sur LinkedIn, les recommandations écrites liées à un poste précis ou une expérience professionnelle, et les « Compétences et recommandations » sous forme de « tags » ou étiquettes. Dans les deux cas, il est primordial de savoir filtrer – refuser – sélectionner – organiser les recommandations que vous recevez ou demandez.

Les conseils que je partage avec vous ici sont issus de mon expérience de coach, de recruteur et surtout de chasseur de tête. Toutes les recommandations ne sont pas bonnes à prendre. Votre capacité à les gérer témoignera de votre professionnalisme sur un réseau de travail tel que LinkedIn. En outre, au fur et à mesure que des réseaux professionnels tels que LinkedIn s’imposeront sur le marché du travail, vos recommandations « numériques » auront progressivement plus de pertinence que vos traditionnels certificats de travail.

Quelques conseils

Sollicitez des recommandations uniquement auprès de personnes avec qui vous avez travaillé, collaboré ou eu une relation professionnelle.. Il est important de sélectionner des recommandations auprès de personnes significatives et parlantes pour les recruteurs, les employeurs ou les clients qui repèreront votre profil.

Dans mon activité régulière de coach, j’accompagne mes candidat(e)s dans la construction de leur identité professionnelle complète (élaboration du CV, résumé de carrière, profil LinkedIn, etc.). L’un des défis posés à tous mes talents est celui de réussir à identifier les relations de leur réseau les mieux à même de porter un jugement raisonné sur leur parcours, d’apprécier leurs compétences et aptitudes, leurs réussites professionnelles, leurs expériences ou encore leur comportement au travail.

Identifier ces personnes requiert au préalable un travail sur vos compétences-clés. Votre « marque » doit rester cohérente et homogène. Toujours dans une optique de marketing de soi, les recommandations que vous allez solliciter et/ou sélectionner parmi les recommandations existantes, doivent valider et attester le parcours professionnel que vous avez choisi de mettre en évidence. Attention, toujours en restant authentique, la surenchère ou les trucages se repèrent vite!

Nous avons tous et toutes des collègues, chefs, patrons, mentors, employés, coachs, collaborateurs, clients, fournisseurs avec qui nous avons travaillé, collaboré, construit, réussi, développé, etc. En clair, des relations professionnelles qui ont débouché sur une reconnaissance mutuelle, sur des moments inoubliables, sur des défis réussis, des obstacles surmontés, sur une confiance partagée ou encore sur un partenariat prolongé.

Ecrire une recommandation, telle que je la conçois du moins, permet de donner un sens et une véritable action à l’activité de « réseautage ». Un acte significatif qui permet de construire, consolider et entretenir ses relations de manière efficiente. Dans cet exercice, il est parfois nécessaire de refuser, de sélectionner ou de demander à ce que la personne qui vous recommande soit plus précise ou plus exhaustive.

L’un des moyens les plus simples de développer vos relations, tout travaillant sur votre marketing est de rédiger vous-même des recommandations aux personnes qui ont été significatives dans votre parcours professionnel.

Ecrire une bonne recommandation est un défi, un mélange entre :

  • générosité : en termes de temps et en termes de partage de son expérience avec la personne que ce soit humainement et professionnellement ;
  • rigueur : en termes d’écriture, être clair, synthétique et donner tous les éléments nécessaires à la compréhension du contexte de la relation professionnelle que vous décrivez.

Astuces pour écrire une recommandation

1 – La première phrase doit attirer l’attention de vos lecteurs et leur donner envie de rencontrer votre contact. Cette phrase doit faire ressortir ce qu’il y a de « remarquable » chez lui ou chez elle, dans tous les sens du terme.

Exemple : Trop peu de personnes ont l’opportunité de travailler pour un Manager qui a su également être un coach et un mentor. J’ai pris conscience de ce privilège en travaillant pour Paul Martin.

2 – Essayer d’éviter au maximum l’utilisation de superlatifs.

Exemple : L’un de mes collègues favoris, l’un des meilleurs employés que j’ai eu, etc.

3 – Il est primordial de contextualiser et de décrire votre relation professionnelle : vos fonctions respectives, la durée de la collaboration, sur quel projet vous avez travaillé.

Exemple : De 2010 à 2013, en tant que Sales Executive, j’ai collaboré avec Sophie, alors notre nouvelle Community Manager, dans le cadre du développement de notre stratégie liée aux réseaux sociaux. Depuis, elle n’a cessé de prendre des responsabilités en gérant plusieurs projets numériques au sein de l’entreprise. Je reconnais sa contribution légitime à la croissance de nos ventes.

4 – Une fois l’accroche trouvée et le contexte posé, il faut sélectionner 1 à 2 compétences-clés au sujet de la personne recommandée. Des éléments qui vous ont marqué et qui rendent cette personne remarquable professionnellement. Si son profil est bien fait, ses compétences seront faciles à identifier et faciles à illustrer avec votre propre expérience. Il peut être utile de tout simplement contacter la personne en question pour lui demander s’il y a des compétences, des réussites, une expérience professionnelle ou une aptitude particulière qu’il ou elle souhaiterait que vous mettiez en évidence.

Exemple : Christian m’a particulièrement impressionné par sa capacité à jongler efficacement avec plusieurs projets, tout en gérant des clients extrêmement exigeants en matière de planning et de gestion des ressources.

5 – Les désaccords dans une entreprise, une équipe, un département ou une relation interpersonnelle sont rarement liés aux compétences d’une personne. Le plus souvent, les problèmes sont dus à des différences de perception, de communication, de caractère, de personnalité ou de culture. D’où l’intérêt d’écrire une ligne sur son savoir-être, pourquoi il était agréable de travailler avec cette personne, un trait de sa personnalité, etc.

Exemple : Pierre a un véritable talent pour ce qui est de désamorcer les situations tendues et faciliter la communication. Quelque soit le type de meeting et les tensions inhérentes à la réunion, Pierre veillait à ce que chacun ressorte avec une vraie satisfaction et une concentration renouvelée sur les objectifs collectifs de l’entreprise.

6 – Pour finir, je recommanderais de terminer par une phrase d’incitation à l’action à l’attention des lecteurs du profil de votre contact.

Exemple : Les compétences de Sarah en termes de marketing numérique seront un vrai plus pour le team ou l’entreprise qui aura le privilège de collaborer avec elle. Richard fait partie des personnes que vous voulez avoir et garder dans votre équipe.

Compétences et recommandations

LinkedIn a développé cette option sous forme d’étiquettes. Très populaire, car simple et rapide, cette option a pourtant son revers. Les recommandations sont distribuées sans réelle considération, parfois sans même connaître la personne, personnellement ou professionnellement. Souvent perçue comme superficielles, ces recommandations n’ont évidemment pas le même poids qu’une recommandation écrite. Cependant, il y a un moyen d’utiliser cette partie de votre profil à votre avantage.

En effet, dans l’optique de garder le contrôle sur votre image et la manière dont vous voulez que les professionnels perçoivent votre profil et vous identifient, restez vigilant(e)s et intransigeant(e)s. Effacez (décocher en mode éditable) les recommandations qui ne reflètent pas les compétences-clés de votre profil et celles qui sont données par des personnes qui ne peuvent pas attester réellement de ces compétences dans un cadre professionnel.

Demander à votre réseau de vous recommander uniquement pour vos compétences-clés afin que ces étiquettes reflètent votre positionnement et permettent aux personnes qui utilisent LinkedIn de vous identifier. A vous donc de choisir les compétences pour lesquelles vous désirez être recommandé(e)s sans diluer votre message. Veillez également à choisir des termes spécifiques liés à vos compétences et spécialités, ainsi que des termes généraux par rapport à votre domaine de compétence plus large. LinkedIn propose par défaut des étiquettes mais sachez que vous pouvez les personnaliser aussi. Le système autorise jusqu’à 50 libellés, mais attention à la cohérence de vos choix et à ne pas noyer votre profil.

Par exemple, si votre fonction est celle deDigital Marketing Manager, les compétences qui pourraient être retenues selon votre profil et votre parcours sont :

Marketing numérique, Stratégie digitale, Stratégie des applications marketing, Gestion analytique, Stratégies mobile, internet ou réseaux sociaux (SMO), Stratégie des contenus, Publicité, Campagnes e-mailing, SEO, SEM, PPC, E-commerce, Google Analytics, Gestion de projet, etc.

Si votre fonction est celle de Support HelpDesk IT, les compétences qui pourraient être retenues selon votre profil et votre parcours sont :

Support IT, Support technique, Service Desk, ITIL Foundation, MCSA, MCSE, MS Office Scripting, Active Directory, ou encore SharePoint, etc. (Attention à mettre les versions correspondantes à vos certifications et/ou expériences récentes)

Ne sous-estimez donc pas cette étape qui augmentera vos chances d’être identifié par les moteurs de recherches.

Pour conclure, c’est une démarche de gestion de votre employabilité qui ne s’entreprend pas uniquement lorsque vous recherchez une nouvelle opportunité. Votre employabilité s’entretient en cours d’emploi aussi, aide à vous positionner au sein de votre entreprise, ou encore oriente vos choix en termes de formation, etc.

Vous aimez ce que vous lisez ? Parlons-en